Le cabinet rencontre actuellement des problèmes techniques sur ses terminaux téléphoniques. Merci d'utiliser notre formulaire de contact.

Avec le confinement, les faits pour violences conjugales ont explosé

Selon Anne Bouillon, il est plus difficile de protéger les femmes victimes de violences pendant la période du confinement. Interview France Bleue.
Selon Anne Bouillon, il est plus difficile de protéger les femmes victimes de violences pendant la...
23/04/2020 © Maxppp - Marc Roger

Depuis le début du confinement, les signalements pour des faits de violences conjugales ont explosé. " Je fais face à des situations de violences qui ne se seraient pas produites auparavant ", témoigne Anne Bouillon,spécialisée dans le traitement de ces dossiers.

Depuis le début du confinement, les chiffres sur les violences faites aux femmes ont connus de fortes hausses, environ 30% de signalements supplémentaires en Gendarmerie, le 3919 - numéro national étant, lui, submergé d'appels

" On ressent vraiment cette hausse des violences faites aux femmes ".

Le confinement a des conséquences graves et immédiates sur les femmes enfermées avec un conjoint violent. Au surplus si, par une décision de justice improbable, la victime est confinée avec son ex compagnon violent, au prétexte de voir les enfants.

"Aujourd'hui, il est plus compliqué de mettre en sécurité mes clientes. Mais on y arrive, et on observe paradoxalement une mobilisation citoyenne importante depuis l'annonce du confinement."

Autres conséquences directes du confinement dans les rapports conjugaux et dans la cas particulier du conjoint violent : l'emprise sur les allées et venues de la victime, sa surveillance, agissant comme un étau sur les libertés les plus fondamentales : " Tout est plus compliqué depuis le début de la crise sanitaire : fuir de son domicile, constituer un dossier, etc. Mais on y arrive. Paradoxalement, on sent une mobilisation citoyenne importante depuis l'annonce du confinement ". 

Le combat est certes loin d'être gagné, " mais il faut en parler. On appelle le 17 ou le 39 19 " [numéro gratuit et qui n’apparaît pas sur les factures téléphoniques].

Lire l'article complet sur France Bleue

 

 

  Partager cet article

Kiosque

Top